Percé étant un Site patrimonial déclaré par le ministère de la Culture et des Communications, tous travaux d’excavation doivent être précédés d’un inventaire archéologique afin de déterminer si le site pourrait receler quelques vestiges d’une autre époque. Pour cette raison, depuis le mois d’avril dernier, vous avez pu apercevoir des équipes d’archéologues de la firme Ethnoscop investiguer les secteurs destinés à être excavés dans le cadre du Projet de protection et de réhabilitation du littoral de l’anse du Sud de Percé.

Le 2 juin dernier, une découverte archéologique d’intérêt a été faite sur le terrain de la Sepaq près de la rue du Mont-Joli, là où doivent être réaménagées les cases de stationnement perdues lors de la relocalisation de la Maison du pêcheur. Les archéologues ont découvert un fragment mésial de pointe Ste-Anne/Varney Farm de la tradition Plano de l’Est. Il s’agit des premiers chasseurs qui ont colonisé le territoire après la glaciation, vers 9000-8500 ans avant aujourd’hui. Cette découverte revêt un intérêt certain puisque la présence de ce peuple avait été confirmée jusqu’à Rivière-aux-Renards, mais jamais encore aussi loin sur le territoire, jusqu’à la pointe de Percé.

Des recherches archéologiques supplémentaires ont été menées durant la semaine du 12 au 16 juin. Celles-ci ont permis de confirmer qu’il y a bel et bien un site archéologique. Cependant, les conclusions des archéologues nous informent que ce site est très remanié et relativement pauvre d'un point de vue archéologique. Ainsi, en accord avec le ministère de la Culture et des Communications, les travaux prévus pour l'aménagement des cases de stationnement ont repris tel que prévu. 

PhotoPointe